Refer a friend & Earn 25$

THE BEST MATTRESS MADE IN CANADA!

ENDS IN |

Home
>
Jeux videos
>
À quoi ressemble la routine du sommeil de Stéphanie Harvey (missharvey)?
>
Make a selection
Make a selection
Routine sommeil Stéphanie Harvey.

Jeux videos

À quoi ressemble la routine du sommeil de Stéphanie Harvey (missharvey)?

Double Chevron Left Back to Jeux videos

J’ai eu le plaisir de m’entretenir pendant une trentaine de minutes avec la joueuse professionnelle Stéphanie Harvey, 5 fois championne du monde à Counter-Strike et Counter-Strike: Global Offensive. Le but de mon appel? En apprendre davantage sur la routine du sommeil d’une vraie pro du eSport.


La routine de sommeil d’une pro de Counter-Strike, ça ressemble à quoi?

Counter-Strike : Global Offensive.

Steeve : Avant d’être une joueuse professionnelle, à la base, étais-tu une grande dormeuse?

Stéphanie : C’est une bonne question… Je pense avoir toujours été un peu couche-tard / lève-tard! Hahaha! C’est toujours en relation avec ma courbe biorythmique, faisant en sorte que mon milieu de journée semble toujours être vers l’heure du souper ou un peu avant. À cette heure j’ai le feeling d’être à mon maximum d’éveil, d’être « on point ». Ma mère me disait que même lorsque j’étais jeune, c’était très difficile de me lever pour aller à l’école. Je n’ai jamais été une lève-tôt! Puis, le soir, je me couchais tard, je regardais la WWF et j’écoutais le hockey à la radio AM. Les matchs de l’Avalanche étaient souvent dans l’ouest, alors je me retrouvais souvent très tard au lit!

Steeve : L’image qu’on a des tournois eSport, c’est qu’ils se déroulent principalement en soirée. Étant une « couche-tard » depuis toujours, je suppose que d’aller au lit en fin de soirée et performer à ces heures-là n’était pas un problème pour toi?

Stéphanie : Dans le contexte des joueurs amateurs, la progression se déroule effectivement surtout le soir. Puisque tout le monde travaille de jour, qu’ils vont à l’école et tout. Jusqu’à ce que tu signes professionnel, les tournois se déroulent en soirée. 

Puis, lorsque tu deviens professionnelle et dépendamment du jeu, par exemple League of Legends, les gens s’entraînent pendant le jour, parce que les matchs sont dans la journée. Mais si tu joues à Counter-Strike, les matchs peuvent être le matin comme le soir. C’est donc du cas par cas, selon le jeu. 

Mais bon, pour moi, depuis le début de ma carrière, mes pratiques sont en fin d’après-midi et en soirée. J’ai presque toujours été en mode « fin de journée ». Mon temps libre est donc le matin, début d’après-midi, puis le reste de la journée c’est du travail.

 

Savoir gérer le stress

Miss Harvey savoir gérer le stress.

Steeve : Jouer autant de matchs chaque soir, devoir performer quotidiennement jusqu’à très tard, tu gères ça comment? J’imagine mal aller au lit 30 minutes après un match où l’excitation et l’adrénaline sont au maximum.

Stéphanie : Ça a toujours été un gros problème pour moi. Je me souviens de ces nombreuses pratiques qui finissaient à minuit, voire une heure du matin, puis je travaillais le lendemain ou j’allais à l’école... ce n’était pas facile. D’autant plus qu’après 4-5 heures de pratique intense avec une équipe, c’est impossible pour ton cerveau d’aller au lit immédiatement après. Tu te mets à penser à tout ce que t’as fait, sans oublier l’adrénaline encore à fond, c’est donc impossible de passer au lit dans l’instant. D’ailleurs, ça m’a causé de gros problèmes d’insomnie ou de stress. Tu arrives dans le lit et tu es extrêmement stressé, ou tu rêves au jeu, tu te lèves en plein milieu de la nuit ou tu penses au jeu.

Mais maintenant que je suis en semi-retraite, j’essaie de décrocher vers 22-23h, pour que vers max 1h, je dorme. J’essaie de me laisser un « buffer » de deux heures pour me coucher, chose que je ne pouvais pas nécessairement faire lorsque j’avais d’autres obligations le matin. 

 

Trouver la bonne routine du sommeil

Stéphanie Harvey compétition gaming.

Steeve : Si la veille, tu as terminé le dernier match d’une compétition à minuit et que tu as un autre match le lendemain, j’imagine que tu n’as pas d'autre choix que de te lever plus tôt? Ce ne doit pas être évident pour une lève-tard comme toi, non?

Stéphanie : Normalement quand on fait un gros tournoi et qu’on se déplace ailleurs, ils essaient de ne pas mettre de matchs le soir si tu as des matchs le lendemain matin. C’est très rare que tu aies un match qui finit à minuit et qu’à 9h la journée suivante, tu en aies un autre. Donc généralement lorsque je suis en tournoi partout sur la planète, si j’ai un match qui finit à minuit, le lendemain je peux dormir jusqu’à midi parce que je n’ai pas de match en matinée.

Steeve : Est-ce que les premières années sur la scène pro mondiale c’était la fête pour toi et tu te disais « bah, ce n’est pas grave, même si je suis fatiguée, demain ça va bien aller » ou tu étais plutôt sage et tranquille afin d’être bien reposée pour le prochain affrontement? 

Stéphanie : Ça a été un peu des deux, hahaha! Disons que ça dépendait des tournois. Parfois, il y avait des partys en plein milieu d’un tournoi et je savais que je jouais le lendemain après-midi. J’allais donc faire un tour au party genre une heure, je ne buvais pas et c’est tout. Mais bon, j’ai constaté au fil du temps que les choses qui passaient bien début vingtaine, ne passaient plus quand j’en avais trente! Hahaha! 

Faire de l’insomnie, dormir 2-3h dans la nuit, puis le lendemain aller dans un tournoi qui va durer 7-8h, disons qu’après la trois, quatrième heure du tournoi, je voulais mourir! Il y avait même des gros tournois de 12h avec une pause de 2-3h au milieu où tu ne faisais rien, donc gros « crash » à ce moment-là.

 

L’arrivée de la sagesse

Stephanie missharvey match Counter-Strike.

Stéphanie : Dans les cinq dernières années, j'ai fait beaucoup plus attention. Dès que je me sentais fatigué, j’allais me coucher même si ça risquait de déranger mon sommeil (parce que je savais que je n’allais pas dormir anyway). J’étais mieux d’avoir 5h tout croche de 20h à 2h du matin, que zéro. J’ai complètement changé ma façon de voir les choses et je suis encore un peu comme ça. Je dors le plus possible! Depuis 2-3 ans, le sommeil est devenu une priorité dans ma vie. C’est probablement la seule chose que je fais vraiment bien par rapport à moi-même! Hahaha! 

Ça a toujours été difficile dans ma vie d’appliquer cela, puisque depuis longtemps je me disais : « Bah, tant pis, je dormirai demain! » et puis maintenant c’est « Désolé, mais je dors ce soir! ».

 

Prendre des mauvais plis

Steeve : Pour les jeunes qui rêvent d’une carrière comme la tienne, existe-t-il un encadrement pour eux? Afin d’éviter qu’ils tombent dans une mauvaise routine, y a-t-il présence de thérapeutes, de nutritionnistes, de psychologues qui peuvent aider ces jeunes à éliminer le risque de tomber dans ce piège de dormir 3 heures par nuit?

Stéphanie : C’est extrêmement difficile dans le contexte où, quand tu deviens pro, tu as déjà tes routines. Ce n’est pas comme le hockey ou le basketball, où, lorsque tu commences à avoir du potentiel, tu commences par entrer dans le Midget AAA, pis là tu commences déjà à être intégré, puis va suivre le hockey junior majeur et tu commences à avoir des coachs ou des anciens joueurs pro qui vont t’offrir un soutien. Dans l’univers du eSport, ce n’est pas du tout comme ça. 

Y’a des mauvais plis qui se font très jeunes, qui sont extrêmement difficiles à briser une fois pro. Parce que la plupart des joueurs qui ont vingt ans se disent « Regarde, j’ai tout le temps fait ça, j’ai réussi et j’ai signé, alors pourquoi je changerais de quoi? » Il n’y en a donc pas beaucoup qui sont ouverts à l’apprentissage et à accepter tout le soutien qu’on peut leur donner.  

On leur offre du soutien, mais en même temps, on ne peut pas les forcer à utiliser notre aide et nos ressources. Mais oui, on devrait depuis longtemps les soutenir. Malheureusement, ce n’est pas un système amateur comme on a dans le sport traditionnel où à 13 ans, on sait que tu devrais être là dans ton développement, etc. Dans le jeu vidéo, quelqu’un de 13 ans ou quelqu’un de 17 ans peut exactement être au même endroit dans son développement de joueur. On n’a donc pas de réelle structure pour encadrer tout ça. D’autant plus qu’un joueur peut faire des bonds immenses en moins de six mois, passant d’amateur à joueur pro qui gagne des centaines de milliers de dollars. C’est vraiment un nouvel écosystème qui n’a pas d’exemple concret, alors on doit faire comme on peut. 

À titre d’exemple, pour avoir eu trente ans et joué avec des filles qui ont seize ans, quand tu es en tournoi avec elles et qu’elles ne veulent rien savoir de dormir et que toi tu fais de l’insomnie parce qu’elles passent la nuit sur leurs cell, y a pas grand-chose que tu peux faire!

 

Décalage horaire et apprendre à gérer son sommeil

Compétition eSports missharvey.

Stéphanie : Le jetlag peut grandement affecter ton état d’éveil et ton sommeil lorsque tu voyages pour tes tournois. On n’a pas le luxe de faire comme un joueur de tennis qui arrive une semaine d’avance pour s’amuser et prendre le beat de l’endroit. De cette façon, ces athlètes peuvent, avant d’avoir à performer, éliminer tout jetlag de leur corps. 

Nous on arrive une journée avant le tournoi, parfois gros max deux jours avant la compétition… On est donc à fond dans le décalage horaire pour compétitionner. Souvent, on apprend la tenue d’un tournoi un mois à l’avance. Alors difficile de s’ajuster en conséquence. 

Steeve : Mais bon, pour une fille en semi-retraite comme tu dis, tu as bien mené ta carrière pour avoir performé de si belle façon sur une si longue période.

Stéphanie : Avec les côtés négatifs et positifs que ça a amené, oui, on peut dire que ça a été pas si mal. En fait, j’ai appris sur le tas. La prochaine génération de pro-gamers, même celle qui est là présentement, a la chance d’avoir tout autour, beaucoup plus de gens expérimentés pouvant les aider, les accompagner, les conseiller. Il y a des experts, des psychologues, qui sont là. 

Moi, j’ai eu accès à ce soutien-là pendant ma dernière année de compétition (sur seize). Le reste de ma carrière, j’ai eu deux coachs (dans les 2-3 dernières années), mais toutes les années précédentes, j’ai fait ça sans coach, sans soutien, parfois même sans camaraderie avec les joueuses et joueurs avec qui je jouais. À un certain point, on se rend compte qu’on devient des collègues et non des amis(es). Bon, j’ai fait avec, mais ce n’est pas nécessairement évident. 

Disons que j’envie les joueurs et joueuses qui sont en début de carrière en 2021.

 

Des jeux pour relaxer?

Steeve : Pour terminer, je me demandais, étant donné que tu te couches un peu plus tôt qu’avant, t’arrive-t-il de jouer à un jeu relaxant avant de dormir? 

Stéphanie : Oui, je joue beaucoup à des jeux de cell. Je vais jouer 2-3h par jour à de petits jeux sur téléphone mobile. La première chose que je fais le matin ce n’est pas de regarder mes mails de la job, je joue plutôt à mes p’tits jeux de cell. Quand j’ai fait le tour de mes jeux, ma journée commence et c’est la même chose le soir. Lorsque je finis mes parties, je dors. 

Je joue donc à des mots croisés sur mon téléphone, ou à AFK Arena (mais juste une partie par jour sinon je considère cela comme une perte de temps)! Aussi, j’aime bien jouer un petit jeu de type « match 3 », du genre de Bejeweled, je joue aussi un jeu qui s'appelle Empires & Puzzles, j’aime bien aussi Mini Metro sur PC qui est un jeu de puzzle relaxant. 

Steeve : Stéphanie Harvey, un immense merci pour ton temps et la générosité de tes réponses. Ce fut un grand plaisir de discuter avec toi et d’en apprendre un peu plus sur ta gestion du sommeil.

A BETTER MATTRESS

For a Better Price

Your Cart

QUESTIONS? 1 (844) 869-7659
Your Cart is Empty

Customers also bought

The Polysleep Pillow

The Polysleep Pillow

Choose your size

Buy Now

Estimated delivery:
The Polysleep Foundation.

The Polysleep Foundation

Choose your size

Buy Now

Estimated delivery:
Please select your country

It seems like you're not in the right place!
Let us guide you on your path to a better night's sleep.